INTOUCHABLES – 15,5/20

IntouchablesRéalisé par Eric Toledano, Olivier Nakache
Avec François Cluzet, Omar Sy, Anne Le Ny

Synopsis : A la suite d’un accident de parapente, Philippe, riche aristocrate, engage comme aide à domicile Driss, un jeune de banlieue tout juste sorti de prison. Bref la personne la moins adaptée pour le job. Ensemble ils vont faire cohabiter Vivaldi et Earth Wind and Fire, le verbe et la vanne, les costumes et les bas de survêtement… Deux univers vont se télescoper, s’apprivoiser, pour donner naissance à une amitié aussi dingue, drôle et forte qu’inattendue, une relation unique qui fera des étincelles et qui les rendra… Intouchables.

Avis : Et si Nakache et Toledano avaient trouvé la recette du Feel Good Movie français parfait? Après deux comédies chorales plutôt réussies mais assez inégales formellement (Nos jours heureux et Tellement Proches), ils livrent une comédie douce amère d’une précision et d’une sensibilité rare.
Inspirés, les réalisateurs réussissent l’admirable mélange entre un humour impertinent, un style élégant et une franche émotion. Évitant le piège de la complaisance et de la démagogie, jamais très loin quand le sujet d’un film porte sur le handicap, ils donnent à leur intrigue un rythme redoutable, entre vannes imparables et discrets rapprochements entre les deux personnages principaux. Ils racontent cette rencontre improbable en prenant le temps d’installer leurs personnages et en s’affranchissant intelligemment des codes parfois pesants et artificiels du genre (choc des cultures/apprivoisement/clash/réconciliation). Construit autour d’un scénario limpide, Intouchables se déroule sans artifice, avec un liant et un naturel remarquable. Le film est d’autant plus prenant qu’il est soutenu par une bande-originale cohérente et ultra-efficace, omniprésente et paradoxalement assez discrète, puisqu’elle accompagne sans les pervertir tout aussi bien les purs moments d’émotion que les scènes de comédie.
Au-delà de ses qualités intrinsèques, Intouchables doit aussi sa réussite, et pour beaucoup, à l’alchimie qui se dégage du couple Omar Sy/ François Cluzet, magistraux tous les deux. Si Cluzet confirme qu’il est depuis quelques années l’un des interprètes les plus complets et les plus intéressants du cinéma français (merci Canet et Ne le dis à personne), Omar Sy est une vraie révélation. Leur duo, toujours juste, dans le ton, impose rythme, véracité et densité aux dialogues et aux situations . Autour d’eux gravitent des acteurs loin de jouer les faire-valoir, comme la géniale Anne Le Ny ou Audrey Fleurot, qui finissent de donner au film sa belle homogénéité.
Intouchables touche donc juste, à la fois extrêmement drôle, fin et émouvant. Un film qui fait du bien en somme…
A voir, évidemment…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s