JUDY – 13/20

Judy : AfficheDe Rupert Goold
Avec Renée Zellweger, Jessie Buckley, Finn Wittrock

Chronique : Académique mais plein de charme, Judy compense le classicisme de son écriture par l’esprit dont fait preuve son héroïne et sa joyeuse répartie. Calibré pour les oscars, ce biopic dans la pure tradition hollywoodienne est magistralement porté par Renée Zellweger qui n’a pas volé sa statuette. Elle incarne l’icône avec passion et se transcende dès qu’il s’agit de traduire la relation compliquée qu’elle entretenait avec son public.
A la fois tendre et cruel, Judy donne un aperçu, bref mais éloquent, de l’envers du décor de la machine à rêves qu’est Hollywood. Le film raconte le crépuscule d’une étoile broyée par le système, dont le destin tragique ressemble à celui de beaucoup d’enfants stars. Rendue toxicomane par un studio qui la gavait de pilules pour être en forme et tenir le rythme et la ligne, la jeune actrice est entrée dans l’âge adulte sans avoir eu d’enfance et déjà dépendante.
Ce que le biopic de Rupert Goold essaie de capturer en racontant les derniers mois de l’icône, c’est aussi cette relation d’amour/haine/indifférence de la star avec ses fans. Difficile de ne pas y voir un parallèle avec ce que Zellweger a dû affronter après sa traversée du désert post-Bridget Jones. Les regards moqueurs d’un public qui ne la reconnait plus, les rôles qui se font rares… Judy est aussi une belle revanche pour elle.

Synopsis : Hiver 1968. La légendaire Judy Garland débarque à Londres pour se produire à guichets fermés au Talk of the Town. Cela fait trente ans déjà qu’elle est devenue une star planétaire grâce au Magicien d’Oz. Judy a débuté son travail d’artiste à l’âge de deux ans, cela fait maintenant plus de quatre décennies qu’elle chante pour gagner sa vie. Elle est épuisée. Alors qu’elle se prépare pour le spectacle, qu’elle se bat avec son agent, charme les musiciens et évoque ses souvenirs entre amis ; sa vivacité et sa générosité séduisent son entourage. Hantée par une enfance sacrifiée pour Hollywood, elle aspire à rentrer chez elle et à consacrer du temps à ses enfants. Aura-t-elle seulement la force d’aller de l’avant ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s