Cinéma | LA LOI DE TÉHÉRAN – 16/20

De Saeed Roustayi
Avec Payman Maadi, Navid Mohammadzadeh, Houman Kiai

Chronique : La Loi de Téhéran est un polar intense et nerveux qui frappe par l’ampleur de sa mise en scène et sa maitrise formelle. La virtuosité avec laquelle le réalisateur enchaine les séquences complexes et jongle avec une armée de figurants est assez bluffante. Peu de productions ont aujourd’hui une telle ambition (elle a même un peu déserté un cinéma américain accroc aux effets spéciaux). D’une course-poursuite haletante dans les rues de la ville et son dénouement choquant, aux mouvements de foule impressionnants lors d’une descente de flics dans un terrain vague, en passant par les vas et vient d’un groupe de détenus hagards de plus en plus dense, Saeed Roustayi nous immerge dans un Téhéran bouillant et au bord du chaos.
Mais La Loi de Téhéran n’est pas qu’une démonstration technique, c’est aussi un scenario aussi limpide que déroutant, basé sur un constat récent mais méconnu, la prolifération et les ravages du crack en Iran, dont la fabrication et le trafic sont désormais passibles de la peine de mort. Sa structure surprend, dans la mesure où le film opère un changement de point de vue inattendu à mi-parcours. L’enquête, au développement aussi tendu qu’haletant, laissera ainsi la place à une chronique sociale, brossant un portrait édifiant de la société iranienne.
Naviguant avec talent entre polar et drame, La Loi de Téhéran est aussi impressionnant à l’image qu’accrocheur narrativement, tout en faisant un état des lieux alarmant du pays.
Indéniablement l’un des films les plus marquants de cette année 2021.

Synopsis : En Iran, la sanction pour possession de drogue est la même que l’on ait 30 g ou 50 kg sur soi : la peine de mort. Dans ces conditions, les narcotrafiquants n’ont aucun scrupule à jouer gros et la vente de crack a explosé. Bilan : 6,5 millions de personnes ont plongé. Au terme d’une traque de plusieurs années, Samad, flic obstiné aux méthodes expéditives, met enfin la main sur le parrain de la drogue Nasser K. Alors qu’il pensait l’affaire classée, la confrontation avec le cerveau du réseau va prendre une toute autre tournure…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s